jeudi 10 juillet 2008

Donkey Kong


Si l’on s’en tient à son gameplay, Donkey Kong est certainement l’un des plus grands classiques, mais si l’on se penche sur le mystère, l’histoire et les batailles juridiques qui l’ont entouré, on s’aperçoit que Donkey Kong est l’un des jeux les plus intriguant jamais fait.

1980, Minoru Arakawa, président de Nintendo of America s’arrache les cheveux : son entrepôt de Seattle est rempli de machines d’arcade du jeu Radarscope invendus. Il prend son téléphone pour demander à Hiroshi Yamauchi, PDG de Nintendo au Japon, qu’il fasse un miracle pour sauver son stock et par la même occasion sa filiale américaine.

Yamauchi se tourne alors vers Shigeru Miyamoto récemment embauché. Ce jeune homme, amateur de banjo et de musique bluegrass, les cheveux à la Beatles, est loin des standards japonais. Embauché en tant qu’artiste, Miyamoto diplômé en design industriel, rêvait de concevoir des jouets. Quand on lui a proposé de faire le design de jeux vidéo, il a été emballé.



Miyamoto travailla avec Gunpei Yokoi, l’ingénieur qui plus tard créera la GameBoy, pour faire un jeu pour sauver Nintendo of America. Ce jeu c'est Donkey Kong. Bricoleur invétéré, Yokoi est l’ingénieur qui a boosté la transition de la manufacture de carte qu’était Nintendo en société de jeux vidéo et est à l’origine du premier jeu Nintendo, le super flop Radarscope.



A ses débuts, Miyamoto ne connaissait rien aux limitations techniques et c’est Yokoi qui était chargé de les lui rappeler. L’équipe à l’origine de Donkey Kong était donc constituée de Miyamoto, Yokoi, deux programmeurs et un musicien. Le jeu fut conçu comme un kit de conversion devant s’adapter sur les 2000 machines Radarscope invendues en stock aux Etats-Unis.



Miyamoto voulait que son jeu soit le premier jeu vidéo qui ait une histoire. L’idée était qu’un singe s’échappait et enlevait la petite amie de son propriétaire, Pauline, et la retenait prisonnière en haut d’un site en construction. Le joueur devait alors affronter des tonneaux, des boules de feux et des tartes de ciment pour la secourir.

Au moment où le jeu arriva aux USA, Ron Judy et Al Stone, directeurs des ventes de Nintendo of America, menaçaient de démissionner. La société était au bord de la banqueroute. Arakawa leur promit que le jeu suivant serait différent.

Mais quand ils ont eu connaissance du titre, "un gorille têtu", Judy et Stone ont failli s’enfuir à toutes jambes. Mais après avoir vu leurs employés accros à ce jeu, ils ont finalement décidé de rester.

Ils ont fini par en vendre plus de 80.000 rien qu’aux Etats-Unis… et devenir multimillionnaires.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. MCA Universal, filiale des strudios Universal qui avaient sorti le film King Kong en 1976 a porté plainte contre Nintendo pour violation de copyright. Universal attaqua en même temps une douzaine d’autres sociétés qui avaient signé des contrats de licence avec Nintendo, dont Coleco qui prévoyait de lancer sa console avec le jeu Donkey Kong.



Nullement impressionnée, Nintendo of America refusa toute transaction et le procès eut lieu. MCA Universal revendiqua la propriété du mot Kong et réclama 5 millions de dollars à Nintendo. Miyamoto répondit aux juges qu’il n’avait pas voulu voler l’image de King Kong et qu’il avait simplement regardé dans un dictionnaire anglais japonais la traduction du mot Gorille et qu’il était tombé sur le mot kong.

Finalement il fut prouvé que Universal ne possédait pas de droit sur King Kong. En effet l’avocat de Nintendo découvrit qu’en 1975 Universal avait attaqué RKO Pictures producteur du King Kong original de 1933 arguant que le film ayant plus de 50 ans, le nom King Kong était tombé dans le domaine public. Universal paya 1,8 millions de dollars de dédommagement à Nintendo.

Le procès terminé, Donkey Kong était en passe de devenir la seconde licence la plus populaire de l’âge d’or des bornes d’arcade, seulement surpassée par PacMan et fit connaître au monde entier Mario, ce petit charpentier converti par la suite en plombier.

Plus important encore, Donkey Kong lança la carrière d’un des designers les plus prolifiques de l’industrie du jeu vidéo, Shigeru Miyamoto, qui signera plus tard des titres de légende comme Super Mario et Zelda. Il cella le destin de l’empire Nintendo.

Mario s’est appelé Mario bien après que Donkey Kong soit programmé. A la réception du jeu, l’équipe de Nintendo of America traduisit les instructions sur la borne d’arcade et voulut attribuer un nom à Jumpman et à sa fiancée. Pour cette dernière, le choix se porta très vite sur Pauline. Ils ne trouvaient pas de nom pour le héro jusqu’à ce que Mario Segali, le propriétaire des entrepôts que louait Nintendo à Seattle vienne réclamer son loyer…



L’histoire du nom du jeu lui-même est assez controversée. La théorie dominante est que les designers japonais l’ont trouvé à l’aide d’un dictionnaire japonais-anglais. A cause du film, Kong est synonyme de monkey (singe) et la traduction inverse de donkey (âne) est stubborn (têtu). C’est plausible : Donkey Kong (âne Kong) est bien un stubborn monkey (singe têtu). Mais une théorie en vogue à la grande époque du jeu disait que le nom n’était qu’une simple faute et qu’il devait s’appeler Monkey Kong (Kong le singe). Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a aucune trace d’âne (donkey) dans le jeu.

1 commentaire:

Leatherface a dit…

Excellent article ! Qu'est-ce que j'ai pu y jouer sur CBS Colecovision !