mercredi 15 octobre 2008

1990 - SNES


A la fin des années 80, environ 40 millions de NES ont été vendues et chaque semaine, quelques centaines de milliers d’unités sortent des usines. Dans ces conditions, Nintendo n’était pas pressé de passer à la génération suivante.

Alors que Sega et NEC voyaient le futur en 16-bits et CD, le numéro un du marché prenait son temps pour calmement préparer sa nouvelle plateforme. Ce n’est qu’en 1990 qu’arriva la Super Famicom, 3 ans après la PC-Engine et 25 mois après la Mega Drive. Il fallut un an de plus pour que la console sorte en Europe.


Chez nous elle prit le nom de Super NES (SNES). C'est véritablement le succès grandissant de la Mega Drive qui poussa Nintendo à agir.

La fin de l’ère 8-bits arriva à l’été 1992. Le plan tranquille de Nintendo fonctionna. Au Japon la Super Famicom dépassa immédiatement la Mega Drive. Les meilleurs développeurs supportèrent la machine.

Techniquement la Super Nintendo n’était pas supérieure à ses concurrentes la Mega Drive et la PC-Engine. Alors que Sega utilisait un pure 68000 16-bits, Nintendo opta pour le A65816, successeur du vieux 6502, cadencé à 3,58MHz. Par contre, la Super Nintendo avait une meilleure architecture graphique et une puce sonore puissante.


Outre l'affichage de 32.000 couleurs (512 pour la Mega Drive), les programmeurs pouvaient utiliser le fameux Mode 7 permettant l'utilisation de scrollings fluides en arrière plan (comme dans Super Mario Kart). De plus les éditeurs pouvaient ajouter des processeurs supplémentaires dans les cartouches de jeu afin d’améliorer les performances.


Mis à part la qualité du matériel, Nintendo s'est surtout attaché à la qualité de ses jeux et a toujours soigné ses titres mettant en scène son personnage Mario.


Vendue plus chère que la Mega Drive, les débuts de la SNES en occident furent difficiles. Mais Nintendo s'était engagé dans une course de fond. Les cartouches de jeux spéciales contenant des processeurs pour par exemple améliorer la 3D (ex: Starwing) commencèrent à faire mouche. En 1994 le jeu Donkey Kong Country de Rare bluffa le monde entier avec ses graphismes qui préfiguraient la prochaine génération de hardware.


Finalement, à la ligne d'arrivée, Nintendo remporta la course, la SNES dépassant la Mega Drive en terme de ventes. La jouabilité de certains jeux, Super Mario Kart, Pilotwings, ou Lengend of Zelda : a link to the past, restent à ce jour exemplaires.

2 commentaires:

Leatherface a dit…

Une magnifique console que j'adore autant que la Megadrive. Des titres cultes sont dispos sur ces 2 supports.

Immortelles via l'émulation de nos jours pour ceux qui n'en possèdent plus.

jegougou a dit…

Console dont j'ai révé et que j'ai eu au prix de terribles économies 1590frs le pack 2manettes + SFII
quand je pense que j'avais 100frs d'argent de poche, il a fallut faire pleins de travaux pour pouvoir l'acheter.
par facile d'avoir une dizaine d'année :)
Je n'ai qu'un regret c'est de l'avoir vendue quelques années apres.
Il faut que je m'en trouve une d'occase.