lundi 16 mars 2009

ADAM


Encore une machine qui m’a fait bavé d’envie à l’époque. Avec son super clavier (rien à voir avec un ZX81), je trouvais qu’il avait un look génial. La Coleco étant la meilleure console de jeu du monde (oui je sais, je suis très partial), ce micro ne pouvait qu’être excellent.

Adam voulait croquer la pomme (Apple), malheureusement il en fut bien loin.

Le marché des consoles de jeux devenant incertain, Coleco a investit 34 millions de dollars pour développer l’ADAM. Ce micro était vendu soit en tant que module d’extension de la console Colecovision, soit comme micro-ordinateur autonome.

En octobre 1983, on pouvait donc acquérir cette merveille qui possédait 64 Ko de RAM (80 dont 16 pour la vidéo) et était livrée avec un clavier professionnel, un lecteur de cassette et une imprimante à marguerite. Plus tard un lecteur de disquette 5 ¼ ainsi qu’un modem sortiront.
Coleco enregistra 400.000 précommandes, mais seulement 100.000 seront honorées. A sa sortie l’ADAM était buggé et peu fiable (on parle de 60% de retour !). Au début, il coute 7800 F (1190 €) ce qui le positionne correctement sur la marché par rapport à la concurrence. Par contre, il n’est distribué qu’aux rayons jouets…

Il faut utiliser des cassettes spéciales car le lecteur compresse les données et les cassettes ordinaires ne sont pas suffisamment fiables. Il faut prendre soin de ne pas laisser traîner ces Data Packs (nom donné aux cassettes) à proximité de l’imprimante ou dans le lecteur lors de l’allumage sous peine de perte de données à cause des champs magnétiques dégagés par ces appareils.

L’imprimante sort 10 caractères par seconde dans un boucan d’enfer mais la qualité d’impression est excellente comparée aux imprimantes à aiguilles de l’époque.

Il n’y a pas de ports standards (série ou parallèle) pour une autre imprimante ou un modem.
L’imprimante est reliée à l’Adam par un câble propriétaire. De plus, il est impossible d’utiliser l’Adam sans l’imprimante vue que c’est elle qui contient l’alimentation électrique pour tout le système. Donc si l’imprimante est en rade, l’ordinateur aussi…

Dès sa sortie, Coleco suspend la distribution de l’Adam et rappelle les exemplaires vendus. Le temps de corriger les problèmes, Coleco rate les ventes de noël 1983. Plus grave encore, la (mauvaise) réputation de la machine est faite. En 1984, les pertes atteignent 250 millions de dollars. Fin janvier 1985, Coleco jette l’éponge.

Il n’y a pas de système d’exploitation dans l’Adam, cependant vous disposez d’un traitement de texte (SmartWriter) résident en Rom. On peut soit l’utiliser comme machine à écrire (l’imprimante imprime au fur et à mesure que l’on tape), soit comme un traitement de texte (très loin du ‘what you see is what you get’). En option, on peut se procurer le système d’exploitation CP/M.

Vous pouvez charger le langage SmartBASIC fourni sur cassette, un Basic très inspiré de celui d’Apple. Plusieurs versions de ce langage furent écoulées afin d’en corriger les bugs. Malheureusement elles portent toutes le même numéro (1.0), ce qui n’aide pas l’utilisateur pour savoir s’il a la bonne version.

L’allocation de l’espace sur les cassettes était aussi buggée, et quand on effaçait un fichier, l’espace correspondant n’était pas libéré correctement. Rapidement la cassette devenait inutilisable et il fallait la reformater.

Ce système à cassette était rapide pour l’époque (19200 bits/s en lecture et 4 fois plus en mode recherche) mais déjà les disquettes, plus rapides, se démocratisaient.

Le tout était fourni dans une seule boite géante et pesait une tonne.

2 commentaires:

youki a dit…

Vraiment excellent ton article sur l' ADAM. Une machine dont j'ai revé aussi à l'epoque. Surtout en tant que possesseur de Colecovision!
Par contre ce que l'on sait moins, c'est qu'a l'origine Coleco n'avait pas dutout planifier de faire l'adam. A l'origine l'expansion module numero 3 n'etait pas l'ADAM , mais un module appeller SUPER GAME MODULE. Ce module augmentait la puissance de la coleco en y ajoutant de la ram (16k (voir 30k) au lieu des 1 k d'origine) , disposait aussi de lecteur de bande magnetique , une sorte de lecteur de cassette qui pouvait charger les jeux en une 10aine de secondes (un peu dans l'idee sur super charger sur Atari 2600) ,et 2-3 autres petites choses.
Alors que les proto etait pret et le marketing deja lancé , des jeux deja developpé (super donkey kong, super zaxxon notament), Coleco decida d'arreter . (pour diverse raison , notamment probleme de fiabilité de lecteur de bande , et emmergeance du marché Micro) . ils deciderent de creer l'ADAM reprenant certain partie technique de ce module. Super Donkey kong et Super Zaxxon sont d'ailleur sortie par la suite sur ADAM.

Leatherface a dit…

"La Coleco étant la meilleure console de jeu du monde (oui je sais, je suis très partial)"

Ben... Euh... Oui en fait :o)